Le rêve d'Alfa
Panel













LES TROIS PETITS SINGES


Il serait si simple de ne pas voir, de ne pas entendre, de ne pas parler.

Longtemps j’ai fermé les yeux, parce que l’insoutenable est difficile à regarder.

Et puis j’ai enlevé les mains de mes yeux, et j’ai vu les vidéos de l‘horreur. J’ai vu ce pied écrasant un pauvre animal ivre de peur, j’ai vu cet humain le dépecer et le rejeter sanguinolent mais encore vivant, j’ai vu ce petit corps se tordre de douleur, j’ai entendu les gémissements de souffrance. J’ai voulu savoir jusqu’où peut aller la cruauté, le sordide, aujourd’hui je sais, il n’y a pas de limite, alors je parle ...

LA FOURRURE

Chaque seconde, des animaux sont mis à mort pour leur arracher leur fourrure. Les conditions d’élevage sont épouvantables, leur mise à mort d’une cruauté rare. Les petits animaux, visons, martres, chats sont dépecés vivants, les chiens pendus ou électrocutés par l’anus. Notre monde d’humains inhumains oubliera vite leur souffrance, leur martyre en contemplant les défilés de mode.

Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien
Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien


LES OURS DE CHINE

Des oursons sont prélevés dans la nature, leur mère est tuée. Leur calvaire va pouvoir commencer. Au nom d’une croyance ancestrale, on va leur enfoncer un tube de fer dans la vésicule biliaire pour effectuer 2 fois par jour des prélèvements de bile. Leurs hurlements de douleur ne touchent pas leurs tortionnaires. Ils sont encagés étroitement pour éviter qu’ils n’arrachent cette sonde qui les fait tant souffrir. Après des années de souffrance, ils seront rejetés dans un coin pour y mourir de faim, et d’infection. On aura pris soin de leur sectionner les pattes, objet décoratif vendu aux touristes.

Image pour le lienImage pour le lien


LES GALGOS D' ESPAGNE

La mise à mort de ces beaux lévriers après la saison de chasse est orchestrée sadiquement. Pendu, pattes à terre pour qu’il souffre plus longtemps, jeté dans un puit, traîné derrière la voiture de son bourreau, brûlé à l’acide, ou brûlé vif. L’imagination débordante de cruauté des chasseurs ou des parieurs de cynodrome n’a pas de limite. Pourquoi se priver de cette distraction locale ! Aujourd’hui ces pratiques existent encore mais sont punis d’amende, certains chasseurs se contentent alors de conduire les chiens loin de tout, de leur briser les pattes. Ils mouront de soif, de faim, dans d’atroces souffrances.

Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien


LES ELEVAGES

Bien des élevages de l’Est ne sont que des industries ou l’argent est le seul leit motiv. Les cages sont empilées, les chiennes, machines à reproduire vivent sur des plaques de fer, les excréments des plus hautes cages tombent sur celles du bas. Epuisées par les grossesses , elles seront noyées dans un tonneau, ou recevront une balle dans la tête. Non, un chien ne s’achète pas, il y a trop de douleur derrière ce petit chiot si craquant.

Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien
Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien
Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien


LES ABANDONS

Chaque année des millions de chats, de chiens sont abandonnés . Les refuges sont saturés, la DSV demandent des euthanasies pour ne pas dépasser les capacités du refuge. Ceux qui refusent les euthanasies de gestion, refuseront les animaux abandonnés. En fourrière, ils n’auront que 10 jours avant que la piqûre fatale les délivre de leur angoisse. Il faut se rendre à l’évidence, il y a trop d’animaux pour le nombre de foyers accueillants, seule la stérilisation des animaux pourrait éviter cette hécatombe. Les plus vieux font les frais de la négligence, de l’irresponsabilité de leur maître. Adopter est une histoire d’amour, un acte de générosité, ne les oublions pas, ils ont déjà été trahis .



LA VIVISECTION

Des chiens, des lapins, des singes et nombre de leurs compagnons d’infortune sont torturés, charcutés à vif. Elle a bon dos la santé publique ! Ils sont battus sans ménagement. Leur regard apeuré en dit long sur ce qu’ils subissent. Il existe des méthodes de substitution pourtant, mais les pouvoirs publics laissent faire, n’entendent pas leur souffrance. Les membres de l’A.L.F (Front de Libération des animaux) jouent leur liberté pour délivrer ces malheureux. N’achetez pas les produits testés sur animaux, ne soyez pas complice de leur souffrance.
Donner pour la recherche, c'est participer aux tortures. Choisissez de donner à ceux qui ont compris que les animaux ne sont pas nos modèles, que les expériences ne sont pas fiables, qu'elles sont inutiles. Des laboratoires de recherches sans souffrance existent, bien moins médiatisés que le téléthon ou autres; ils manquent de moyens.

Image pour le lienImage pour le lien
"Réconforte-moi, je vais mourir !!"
Image pour le lienImage pour le lien
Image pour le lienImage pour le lienImage pour le lienImage pour le lien
Image pour le lienImage pour le lien




Une association propose une méthode fiable et rapide,
sans avoir recours à l'expérimentation animale,
pour tester les produits toxiques
( notamment pour REACH ) : la Toxicogènomique.

Pour plus d'informations consulter leur site :

Antidote Europe

Il y a des solutions sans souffrance, parlez en!

LES CORRIDAS

Le taureau a été préparé pour son sacrifice, ses cornes sciées et reconstituées, les yeux enduits de vaseline, des cotons enfoncés dans les narines jusqu’à la gorge pour gêner sa respiration… Les picadors vont d’abord enfoncer les piques entre les vertèbres pour sectionner les ligaments de la nuque. Le taureau fonçant tête baissée paraîtra plus méchant !Puis les banderilles s’enfoncent et fouillent les muscles à chaque mouvement, le taureau est déjà épuisé d’avoir tant perdu de sang. Et voilà le guignol en collants roses qui entre en piste pour l’achever. Il n’est pas rare que pour l’achever, le taureau reçoive plusieurs coups d’épée. Très souvent l’arme mal plantée peut sortir des flancs ou transpercer le poumon, la victime semble alors vomir son sang et meurt asphyxiée (ALINEA 3)

Image pour le lien


Dans ce tableau de l’horreur, nous n’oublions pas tous les autres qui souffrent et qui meurent pour notre plaisir, par notre inconscience.

Les chevaux envoyés à l’abattoir après avoir servi loyalement. Les vaches, les cochons, les moutons transportés sans ménagement vers le lieu de leur mort.

La tuerie des bébés phoques qui devient un sport pour riches en mal de sensations fortes. Les chiens et chats qui servent d’appât aux requins. Les ours danseurs martyrisés tout au long de leur vie. Les chiens de boucherie du Vietnam qui sont martyrisés avant d’être tués, parfois même rôtis vivants une boite de conserve enfoncé sur le museau pour étouffer leurs hurlements de douleurs.

Non, nous ne les oublions pas, nous savons bien que nous ne retrouverons notre dignité, que lorsque toutes ces souffrances auront pris fin.